fin de vie

que faire Quand les derniers instants arrivent

vivre jusqu'au dernier moment …

Maladie grave ou chronique au stade avancé, handicap ou grand âge, autant de situations où parler peut devenir plus difficile. Ces troubles de la communication peuvent engendrer un malaise, voire de la frustration chez les différentes personnes concernées, entraînant parfois différentes émotions : crainte, anxiété, colère ou encore repli sur soi.

En effet,  parfois la maladie transforme l’autre au point de ne plus le reconnaître et cela sans espoir d’amélioration. Il faut alors renoncer à la relation entretenue depuis toujours et changer sa façon de voir les choses. Un changement qui peut s’avérer très douloureux.

Le Deuil Blanc :

A l’annonce d’une maladie neurocognitive comme la maladie d’Alzheimer, un énorme bouleversement s'opère pour le malade comme pour son entourage. Le patient se transforme au fil des mois et perd ses capacités, au point de quasiment devenir quelqu'un d'autre, de vraiment différent.
Pour les proches, le plus douloureux est d’accepter le caractère irréversible de la maladie, de perdre la qualité des échanges et surtout de parvenir à dire  adieu à la personne telle qu’on l’a connue alors qu’elle est toujours présente .
Cette étape douloureuse, qui peut générer de la colère, de la frustration, de la culpabilité, ou encore de l’impuissance, doit être accompagnée aussi bien pour la personne en fin de vie que pour ses proches.

Pour mieux vivre cette étape, il est indispensable d’y mettre des mots pour exprimer ses craintes et son chagrin.
Le deuil blanc est une souffrance encore peu reconnue. C’est pourquoi, avoir recours à un professionnel peut se révéler salutaire.

Pour la personne en fin de vie :

Chaque religion a ses traditions et ses croyances pour aider l’homme à appréhender sa propre mort et donner un sens à sa vie.
Inhérente et indissociable de la vie, la mort est l'inévitable destin de l'être humain. Si certains d'entre nous parviennent à intégrer cette fatalité sans qu'elle les empêche de jouir de leur existence, d'autres souffrent d'une angoisse de mort parfois obsessionnelle.
Comment identifier tout ce à quoi nous sommes confrontés en fin de vie, comment accompagner, comment aider à vivre ces derniers instants et  à s’y préparer. Les personnes en fin de vie ont besoin de parler de la suite, de s’organiser, de préparer leur départ ….
Notre rôle d'accompagnateur est d'aider et rassurer le malade en lui montrant l'intérêt de tout ce qu'elle a transmit aux générations suivantes. L'immortalité réside dans cette transmission, dans ce lien que l'on crée avec nos proches et notre entourage.